Côte Saint-Luc dépasse ses objectifs avec la collecte porte-à-porte de matières organiques

Côte Saint-Luc, le 19 janvier 2009 – Durant les douze premières semaines de collecte des matières organiques à Côte Saint-Luc, la ville a recueilli 215 tonnes (472 000 livres) de résidus alimentaires et de jardinage… plus que le poids d’un Boeing 747.

« Nous avons dépassé nos objectifs pour la quantité de déchets à détourner vers les installations de compostage, a déclaré le maire Anthony Housefather, et nos résidants ont démontré que les gens sur l’île de Montréal sont prêts à faire un petit changement dans leur façon de disposer des ordures ménagères. »

Côte Saint-Luc estime qu’un ménage produit en moyenne 40 livres (18 kilogrammes) d’ordures ménagères par semaine. Les 5 000 maisons unifamiliales et duplex qui participent au programme de collecte de matières organiques – qu’on appelle aussi le programme du bac brun – déposent chaque semaine dans le bac brun environ huit livres (3,6 kilogrammes) de résidus alimentaires et de jardinage, ce qui représente environ 50 pour cent de leurs déchets organiques. Le reste des déchets vont dans le bac bleu, dans le contenant à ordures, ou, s’il s’agit de résidus domestiques dangereux ou de déchets de construction, ils sont apportés au dépôt des Travaux publics de Côte Saint-Luc, au 7100 chemin Mackle.

Côte Saint-Luc transporte les matières organiques vers un site de compostage situé à Montréal-Est et exploité par la compagnie EBI. Les matières y sont transformées en un riche compost. En revanche, lorsque les matières organiques sont envoyées à un site d’enfouissement (dépotoir), elles se décomposent et libèrent du méthane, un gaz à effets de serre environ 25 fois plus puissant que le dioxyde de carbone. Environ 38 pour cent des émissions totales de méthane proviennent des sites d’enfouissement.

« Chaque fois que vous mettez vos restes de table dans votre bac brun, vous aidez à réduire la quantité d’émissions de gaz à effets de serre dans la région montréalaise, affirme la conseillère Dida Berku, conseillère responsable des questions environnementales. Les résidants de Côte Saint-Luc font donc plus que simplement produire du compost pour jardins. Nous aidons aussi à réduire les émissions de gaz à effets de serre. »

Selon un rapport publié en 2007 par Recyc-Québec et Éco-entreprises Québec, 47 pour cent des ordures ménagères serait compostable et un autre 40 pour cent serait recyclable.

Côte Saint-Luc a été la première ville sur l’île de Montréal à mettre en œuvre la collecte porte-à-porte des matières organiques pour toutes les maisons unifamiliales et tous les duplex, afin de recueillir les restes de fruits et légume, de pâtes, sachets de thé, viande, tonte de gazon, fleurs et bien plus encore. Des programmes similaires sont actuellement en vigueur dans tout le Canada.

« Notre programme de collecte des matières organiques a été relativement facile à mettre sur pied, moins coûteux aussi que ce que plusieurs imaginaient grâce au financement provincial, et il est populaire auprès des résidants, précise le conseiller Steven Erdelyi qui a analysé d’autres programmes avant de collaborer au lancement à Côte Saint-Luc. Nous espérons devenir une des premières municipalités au Québec à atteindre l’objectif provincial qui consiste à détourner 60 pour cent de ses déchets. D’après les commentaires positifs que nous recevons de nos citoyens, je crois que nous y arriverons. »

Les résidants sont invités à visiter ecoCSL.org ou à téléphoner au 514-485-6868 pour plus d’information.

- 30 -

Pour plus d’information : Darryl Levine, Directeur des Affaires publiques et des communications,
514-485-8905, dlevine@cotesaintluc.org

Share this