Côte Saint-Luc et le syndicat représentant les employés cols bleus signent une convention collective

Côte Saint-Luc, le 13 février 2009 – La Ville de Côte Saint-Luc et le Syndicat des Cols bleus regroupés de Montréal, local 301, syndicat représentant les employés cols bleus de Côte Saint-Luc, ont signé une nouvelle convention collective le vendredi 13 février à 14 h 30, à l’hôtel de ville de Côte Saint-Luc. La nouvelle convention collective sera en vigueur jusqu’au 31 décembre 2012.

« La convention collective que nous avons négociée apporte des résultats favorables autant pour Côte Saint-Luc que pour ses employés cols bleus, annonce le maire Anthony Housefather. Cette entente tient compte des besoins particuliers de notre ville, ce qui n’était pas possible lorsque Côte Saint-Luc faisait partie de la mégaville de Montréal. »

Voici un aperçu des points saillants de la convention collective : le retour à la semaine de 38 et 39 heures comme avant les fusions (selon la nature du travail effectué) et l’introduction des quarts de travail réguliers de nuit et de fin de semaine – des mesures qui réduiront les coûts liés aux heures supplémentaires; des augmentations de salaire de 1,5 à 2,5 pour cent par année pour la durée de la convention; le droit de la ville à l’embauche d’étudiants qui seront visés seulement par certaines clauses de la convention collective; un gel des jours de maladie et des jours de vacances; le retour au système d’avant les fusions en ce qui concerne les journées mobiles et les jours fériés; des relevés de paye sans papier   procédé plus efficace qui permet d’économiser du temps; des descriptions de tâches mises à jour et mieux adaptées aux besoins de la ville; une meilleure collaboration entre la ville et le syndicat pour les mesures disciplinaires lorsque c’est nécessaire; des règles claires sur la permanence, et la mise sur pied de programmes visant l’amélioration du travail par la formation collaborative.

« Comme il est spécifié dans le document, cette convention collective reflète la volonté des parties d’instaurer de nouvelles pratiques en matière de relations de travail et de collaborer à la mise au point de nouvelles façons de réaliser la mission de la ville concernant les services et les utilités publiques au meilleur coût possible, dans le meilleur intérêt des citoyens et des employés », affirme le conseiller Mitchell Brownstein, conseiller responsable des Travaux publics.

Selon les saisons, de 45 à 90 employés du syndicat des cols bleus sont à l’emploi de Côte Saint-Luc, précise le maire. Ces employés effectuent différentes tâches, incluant sans s’y limiter le déneigement, la réparation des nids-de-poule, le nettoyage des parcs et la plantation des fleurs.

« Les travailleurs cols bleus aiment vraiment travailler pour la Ville de Côte Saint-Luc et nos relations déjà harmonieuses avec eux ont beaucoup aidé tout au long des négociations, indique le maire Housefather. Je suis très fier du fait que toutes les négociations ont été menées à l’interne par la ville, et je profite de l’occasion pour féliciter Nadia Di Furia, notre directrice des ressources humaines, ainsi que tous les autres qui ont participé aux négociations, du côté de la ville comme du côté du syndicat. Les négociations se sont déroulées avec collégialité, dans le respect mutuel et sans perdre de vue l’objectif qui était de conclure une convention collective avantageuse pour les deux parties. Je crois que nous avons réalisé notre objectif. »

-30-

Pour plus d’information : Darryl Levine, Directeur des Affaires publiques et des communications,
514-485-8905, dlevine@cotesaintluc.org

Share this