Le maire et le conseil ont persuadent Québec de sauver les SMU

Glenn J. Nashen, Lawrence Bergman, Anthony Housefather, Ruth Kovac

Les résidants de Côte Saint-Luc ont reçu une excellente nouvelle le 21 juin dernier en apprenant le dépôt du projet de loi 22 par le gouvernement du Québec. En effet, le projet de loi comprenait une disposition permettant à la Ville de Côte Saint-Luc de conserver la responsabilité des soins préhospitaliers d’urgence sur son territoire et permettant aux Services médicaux d’urgence (SMU) de continuer à répondre à tous les appels d’urgence médicale dans Côte Saint-Luc, incluant les appels de Priorité 1.

« Côte Saint-Luc fait figure de pionnier au chapitre des services d’urgence depuis des dizaines d’années, a déclaré le maire Anthony Housefather. Les bienfaits du maintien des activités des SMU seront ressentis dans la communauté pour des années à venir. Côte Saint-Luc et ses résidants continueront maintenant à travailler avec le gouvernement et tous les membres de l’Assemblée nationale pour assurer l’adoption de la proposition. C’est pour ce moment-là que je me bat depuis la ratification de la convention collective des pompiers de Montréal en 2003, convention qui aurait mis fin à la capacité des SMU de répondre aux appels de Priorité 1. Après tout ce travail, je vous assure que c’est un moment merveilleux pour moi. »

Le maire Housefather a tenu à remercier Lawrence Bergman, membre de l’Assemblée nationale pour D’Arcy McGee, de son aide dans ce dossier, ainsi que les conseillers Glenn Nashen et Ruth Kovac pour leur persévérance à soutenir ce service vital pendant de nombreuses années. Il a aussi reconnu les efforts des autres membres du conseil municipal et des milliers de résidants qui ont fait circuler les pétitions et écrit des lettres pour aider à sauver le service.

La loi 22 fait partie de la réforme du conseil d’agglomération de l’île de Montréal, qui est formé de la Ville de Montréal et des 15 municipalités de banlieue défusionnées, dont Côte Saint-Luc. Le projet de loi devrait être débattu et mis aux voix à l’automne.

Le conseiller responsable de la sécurité publique à Côte Saint-Luc, Glenn J. Nashen, a été lui-même bénévole pendant plusieurs années avec les SMU. « Il s’agit d’un tournant décisif pour Côte Saint-Luc, affirme ce dernier. Nous sommes très heureux de savoir que les résidants partout sur l’île auront enfin un service de premiers répondants pour leur venir en aide en situation d’urgence médicale, mais les résidants de Côte Saint-Luc veulent maintenir leur service existant. Quand le projet de loi aura été adopté, nous serons assurés d’avoir un personnel spécialisé et rapide, qui pourra se consacrer uniquement aux soins médicaux préhospitaliers d’urgence. »

Le maire Housefather et le conseil municipal ont mis sur pied la campagne Sauvons SMU, avec une série de bannières et d’enseignes partout dans Côte Saint-Luc, des formulaires de pétitions à tous les comptoirs municipaux et sur le site Web www.SauvezSMU.com. La campagne a beaucoup aidé les groupes communautaires et les résidants qui se mobilisaient à recueillir plus de 2 000 signatures et des dizaines de lettres au gouvernement du Québec, le pressant de nous aider à sauver les SMU.

« Nos résidants peuvent être fiers des efforts incroyables déployés par le maire Housefather, a déclaré le conseiller Nashen. Ses interventions répétées auprès du gouvernement, des ministres et de toutes les parties concernées ont aidé énormément. »

Le maire Housefather a correspondu avec les 125 membres de l’Assemblée nationale concernant la question des SMU. Lui et le conseiller Nashen ont rencontré à plusieurs reprises toutes les parties concernées, dirigeants syndicaux et municipaux. Le maire a aussi obtenu un engagement de la part de Nathalie Normandeau, ministre des Affaires municipales, en vue de permettre à Côte Saint-Luc de maintenir son service.

« Je veux remercier la ministre Normandeau de façon particulière, a dit le maire Housefather. Elle a vraiment pris le temps de comprendre les besoins de Côte Saint-Luc et d’évaluer à sa juste valeur notre investissement dans la mise sur pied d’un service remarquable qui doit pouvoir demeurer intact et continuer ses activités.

Le maire Housefather et les conseillers Nashen et Kovac ont fait l’éloge des bénévoles des SMU pour leur dévouement et leur engagement envers leur communauté et pour leur grande persévérance malgré les difficultés des dernières années.

« Les bénévoles des SMU sont formidables, ce sont des personnes d’exception, a souligné le maire Housefather.

Le service SMU de Côte Saint-Luc est le seul service de premiers répondants sur l’île de Montréal formé de bénévoles qui possèdent une formation plus poussée et offrent un temps de réponse plus court que celui des répondants des casernes d’incendie qui donnent actuellement le service. Les SMU répondent à 3 000 appels par année, dont 1 500 appels de Priorité 1.

« Les bénévoles qui offrent les soins médicaux d’urgence à Côte Saint-Luc sont très sensibles aux besoins des aînés, ils parlent une multitude de langues et sont sensibilisés au respect des particularités culturelles, » ajoute le conseiller Nashen, qui est associé au service des SMU depuis maintenant plus de 25 ans.

Les SMU comptent des bénévoles très spécialisés qui bénéficient de l’assistance d’un urgentologue. Un groupe formé d’élus, de dirigeants professionnels et non professionnels, le comité des services d’urgence, encadre aussi les opérations.

Les SMU de Côte Saint-Luc sont équipés d’une flotte de trois véhicules d’urgence, d’équipement, d’outils, de fourniture et d’instruments médicaux d’urgence récents. Le budget annuel du service est supérieur à 500 000 $. Les SMU répondent à plus de 3 000 appels d’urgence médicale par année, ils assurent une présence lors des événements communautaires, crises et toute autre urgence majeure dans la communauté et partout dans le secteur sud-ouest du Québec.

Share this