Côte Saint-Luc demande à la province de permettre aux médecins licenciés aux États-Unis d’obtenir facilement un permis

Côte Saint-Luc, le 21 juillet 2008 – Le conseil municipal de Côte Saint-Luc a adopté une résolution le 14 juillet pour demander au gouvernement du Québec et au Collège des médecins du Québec de permettre aux médecins licenciés aux États-Unis d’obtenir une licence pour pratiquer au Québec. Le conseil étudie la question des médecins licenciés dans les autres provinces canadiennes et sous d’autres juridictions et adoptera s’il y a lieu d’autres résolutions sur cette question.

« J’ai été informé personnellement de la situation de certains médecins licenciés aux É.-U. qui étaient prêts à venir au Québec, mais qui se sont trouvés incapables de le faire à cause des difficultés à obtenir un permis pour pratiquer la médecine au Québec, affirme le maire Anthony Housefather. Ce qui veut dire que, malgré le manque reconnu de médecins dans la province, les établissements hospitaliers sont incapables de recruter des médecins licenciés aux É.-U. à cause des règles établies par le Collège des médecins du Québec. Le gouvernement du Québec doit enlever les barrières qui empêchent les médecins américains de venir ici et qui bloquent les médecins nés au Québec et formés au Québec mais présentement licenciés seulement aux États-Unis de revenir chez eux s’ils le désirent. »

Le gouvernement de l’Ontario a déposé un projet de loi, le 17 juin, pour permettre aux médecins qui ont étudié et travaillé dans des pays où l’enseignement médical et le système de soins de santé sont similaires à ceux de l’Ontario, de pouvoir aller travailler directement, sans les forcer à reprendre leur formation. Le projet de loi a reçu l’appui du College of Physicians and Surgeons of Ontario.

Le Dr Jeff Winterstein, médecin né au Québec qui pratique la médecine aux États-Unis depuis 2007, se dit intéressé à revenir au Québec.

« Mon épouse et moi sommes nés au Québec; c’est ici que nous avons grandi et que nous nous sommes mariés. Nous aimerions y retourner, affirme le Dr Winterstein, parfaitement bilingue et qui a fait la rotation en médecine d’urgence à l’Hôpital général juif de Montréal pendant son cours de médecine. Nos familles sont ici et, après plusieurs années à New York et en Virginie, nous sommes prêts à revenir chez nous. »

Le Dr Winterstein félicite le gouvernement et le Collège des médecins du Québec de vouloir garantir les normes de pratique médicale les plus élevées. Il croit que les médecins formés aux États-Unis et qui y pratiquent satisferont les normes strictes du Québec.

« J’ai bénéficié des conseils d’excellents médecins dans mon cours de médecine à Montréal et dans ma pratique aux États-Unis, déclare le Dr Winterstein. J’aimerais bien contribuer à la santé et au bien-être des Québécois et retourner à la maison. »

Selon le site Web du gouvernement du Québec, les Québécois de 65 ans et plus compteront pour 20 pour cent de la population d’ici 2031, « faisant du Québec un des endroits avec la population la plus âgée du monde industriel ». Le maire Housefather souligne qu’il y a ici un besoin pressant de médecins comme le Dr Winterstein.

« Nous avons besoin de médecins praticiens licenciés pour traiter une population vieillissante au Québec, affirme le maire Housefather. C’est un moyen simple et efficace d’augmenter le nombre de médecins dans la province. »

-30-

Pour plus d’information : Darryl Levine, Directeur des Affaires publiques et des communications, 514 485 8905, dlevine@cotesaintluc.org

Share this